“Jean Charest et ses troupes ne font rien pour dissiper les rumeurs d’élections à la fin de l’été. Il s’agit de la deuxième publicité télévisée à être lancée par les libéraux en huit jours, un rythme très important par rapport aux trois premières années de leur mandat.”
Philippe Teisceira-Lessard dans son article Les Libéraux lancent une pub anti-Marois, La Presse

(Source : lapresse.ca)

“«La seule sortie de crise possible est à travers la tenue d’élections […] Nous sommes en campagne préélectorale pour un scrutin fort probable à l’automne», a déclaré le ministre.”
Raymond Bachand, cité par la Presse Canadienne dans l’article Raymond Bachand rejette le recours à la médiation dans le conflit étudiant, Le Devoir

(Source : ledevoir.com)

De passage à Trois-Rivières, la chef du Parti Québécois, Pauline Marois, est clairement en mode électoral.

«Changer de gouvernement, changer de direction, mais aussi et surtout, changer de pays. C’est ça notre vision pour le Québec», a-t-elle dit.

L’agence QMI dans l’article Rencontre Harper-Mulroney : une idée qui fait sourire Mulcair

(Source : fr.canoe.ca)

“[Michelle Courchesne] peut toutefois se consoler à l’idée que son supplice prendra fin dans moins d’une semaine, alors que l’Assemblée ajournera ses travaux pour l’été et ne les reprendra sans doute pas avant les prochaines élections qui, à en croire la rumeur, auront lieu le 17 septembre.”
Michel David, dans son éditorial La magouille ou le bordel dans Le Devoir

(Source : ledevoir.com)

“À la suite de la rupture des négociations avec les étudiants cette semaine, le gouvernement Charest se retrouve dans une situation bien critique. La «fenêtre» d’élections à court terme est fermée. La possibilité d’un scrutin tôt à l’automne deviendra désormais la saveur en vogue dans les chroniques politiques.”
Denis Lessard dans l’article Élections provinciales: une «fenêtre» en septembre publié dans La Presse

(Source : lapresse.ca)

“Avec des accents d’une campagne électorale qu’il a pourtant définitivement écartée, Jean Charest s’en est pris dimanche midi à son adversaire Pauline Marois.”
Denis Lessard et Paul Journet,  Marois veut imposer «un moratoire sur l’avenir du Québec», dit Charest, article dans La Presse

(Source : lapresse.ca)

“Raymond Bachand écarte la tenue d’élections à court terme. «Il y a une fenêtre à l’automne», a-t-il soutenu, expliquant qu’il s’agissait probablement du dernier conseil général avant le scrutin (il y en a deux par année, l’un tard à l’automne, l’autre à la fin du printemps).”
Raymond Bachand, cité dans Victoriaville: dur lendemain de veille, un article de Denis Lessard dans La Presse

(Source : lapresse.ca)

Devant l’impossibilité d’en venir à une entente, les Québécois seront appelés à décider de la marche à suivre lors du prochain scrutin “d’ici un an”, a déclaré M. Bachand.

Les électeurs, a-t-il expliqué, auront alors le choix entre des formations politiques qui favorisent la gratuité ou le gel et d’autres qui militent en faveur “du réinvestissement” universitaire.

Raymond Bachand, ministre des Finances, cité dans un article de La Presse Canadienne

(Source : ledevoir.com)

S’il ne déclenche pas d’élections ce printemps, le gouvernement peut laisser le mouvement rendre son dernier souffle, au prix d’une session perdue pour les grévistes.

Il pourrait aussi formuler une autre offre, une offre finale cette fois, pour tenter de ramener les étudiants en classe. D’une manière ou d’une autre, Québec laisserait le temps faire son œuvre et les tribunaux multiplier les injonctions, dans l’espoir qu’elles finiront par être respectées.

S’il déclenche des élections ce printemps, le gouvernement libéral a le choix entre l’affrontement et l’apaisement.

L’impasse, rue des Universités, sur le blogue de Michel Pepin, correspondant parlementaire à Québec pour la radio de Radio-Canada

(Source : blogues.radio-canada.ca)

“Le conflit qui dure depuis plus de 70 jours aura fermé la porte à toute velléité de scrutin. Les sondages indiquent qu’une très nette majorité des électeurs sont favorables à la position du gouvernement. Mais M. Charest n’osera pas lancer les dés. Car les gens ne se demandent plus qui, d’entre les étudiants ou le gouvernement, a raison. Ils se demandent pourquoi, après 11 semaines, c’est encore la pagaille sur les campus.”
Droits de scolarité: le caucus libéral divisé, article Denis Lessard dans La Presse

(Source : cyberpresse.ca)